Le bordeaux revisité

Sans aucun doute l’une des régions viticoles les plus célèbres au monde, le Bordelais continue depuis longtemps de séduire les œnophiles. Sa bouteille facilement reconnaissable et largement imitée, ses illustres châteaux qui nous font rêver, ses nectars d’anthologie aux parfums miellés sont autant de raisons, parmi d’autres, qui nous ont poussés à nous attacher à cette Aquitaine à la fois aristocratique et populaire. Il faut dire que cette région nous fait mieux comprendre pourquoi la qualité du vin passe, et doit passer, par la convergence des éléments, l’osmose entre le sol, le climat, la vigne et l’homme. Bordeaux nous fait aussi entrer dans l’Histoire, riche de grands moments mais aussi d’anecdotes. Bordeaux, riche et influente depuis des lustres, doit sa prospérité avant tout au vin, et cela depuis le XIe siècle, même si la vigne fleurissait déjà à l’époque gallo-romaine, notamment dans la région située autour de la ville actuelle.

Un climat tempéré

Bien installé sur le 45e parallèle, le vignoble bordelais profite de l’influence bénéfique du Gulf Stream, protégé des vents de l’Atlantique par une immense forêt de pins. Il jouit d’un climat tempéré exceptionnel caractérisé par des printemps relativement humides, des étés ensoleillés, des automnes longs et favorables à la bonne maturation du raisin, et des hivers assez cléments et aux gelées plutôt rares. Les gelées de printemps sont les plus redoutées : celles de 1991 ont fait bien des ravages. Mais de plus en plus souvent, des épisodes de grêle comme ceux que les vignerons ont douloureusement vécus depuis quelques années sont de plus en plus fréquents.

Une géologie complexe

On dit que le vin de Bordeaux est fils d’un climat autant que d’un terroir. Il est vrai que la nature des sols joue dans cette région un rôle très important. Bordeaux a le privilège de posséder une grande diversité géologique, élément capital de l’implantation d’un vignoble d’une qualité certaine. Ainsi, des sols calcaires se trouvent à Saint-Émilion et à Sainte-Croix-du-Mont, des terres argilo-calcaires dominent dans l’Entre-deux-Mers, et les sols de graves, étonnamment profonds, d’épaisseur variable, très filtrants et au grand pouvoir d’accumulation de chaleur, donnent aux vins du Médoc et des Graves leur finesse, et par­fois leur opulence.

Une jolie palette ampélographique

Il est important de comprendre le rôle de chacun des cépages, utilisés la plupart du temps en assemblage. Parmi les rouges, en tout premier lieu, l’illustre cabernet sauvignon, colonne vertébrale d’un grand vin, responsable du corps et de la charpente, et conséquemment du potentiel de son vieillissement, le cabernet franc qui apporte fruit et velours, et le merlot, dispensateur de la souplesse, de la rondeur et des bouquets complexes et racés. Il ne faut pas oublier le petit verdot, variété d’appoint, capricieux il est vrai, mais chéri par les vignerons pour la finesse de ses tanins, sa couleur et ses parfums. Le sémillon, quant à lui, est le cépage blanc le plus cultivé de la Gironde et donne la sève aux grands crus de Pessac et de Léognan, et la liqueur aux vins de Barsac et de Sauternes. Le sauvignon, aujour­d’hui célèbre de par le monde, participe au potentiel aromatique des vins secs en se prêtant à des vinifications modernes à basse température… Enfin, la muscadelle, moins cultivée, offre des arômes floraux fins et élégants.

Dégustation, du moins cher au plus dispendieux

Bordeaux 2015 Jean-Pierre Moueix Code SAQ: 13734337 – 19,30$

Une grande et belle maison, propriétaire de crus exceptionnels à Pomerol et à Saint-Émilion, qui travaille avec autant de rigueur pour ses vins de marque que dans ses propriétés. Le résultat est dans le verre: une belle couleur, une bonne matière fruitée portée sur les petits fruits rouges, et puis de la fraîcheur et des tanins souples en bouche. À ce prix, on ne prend pas de risque, et en plus, c’est très bon!

Bordeaux Supérieur Domaine de l’Ile Margaux Code SAQ: 00043125 – 22,05$

Un des grands classiques bien installé à la SAQ depuis longtemps. Le vin provient d’un endroit exceptionnel, sur la commune de Margaux, pas loin de l’illustre château. L’environnement n’est évidemment pas le même puisqu’il faut prendre une barge pour se rendre sur cette petite île effilée en plein estuaire de la Gironde, et sur laquelle est installé le vignoble balayé par les vents. Dominante merlot, complété par le cabernet-sauvignon, du cabernet franc, et un peu de petit-verdot et de malbec. Le plaisir de déguster sera au rendez-vous!

Haut-Médoc 2014 Château Bel Air Gloria Code SAQ: 12116246 – 30,75$

On peut souvent se fier aux crus bourgeois du Médoc qui offrent de beaux rapports qualité-prix-plaisir. C’est pas très loin de Saint-Julien que se trouve le château Bel-Air Gloria acquis en 1980 par la famille Martin, vignerons renommés en Gironde. 75% de cabernet sauvignon, 23% de merlot, complétés par un peu de cabernet franc s’unissent pour donner dans ce millésime moins chaud un vin d’une légère rondeur, avec des tanins assagis et une bonne fraîcheur en finale. À essayer avec un rôti de veau ou un carré d’agneau.

Listrac-Médoc 2014 Château Ducluzeau Code SAQ:  13867527 – 31,50$

C’est encore un grand nom de la viticulture bordelaise qui se cache derrière ce château Ducluzeau à Listrac: Madame Jean-Eugène Borie! Dans ce cas-ci, contrairement au précédent, c’est le merlot qui domine avec 78% de l’assemblage, complété par le cabernet sauvignon, et le résultat est là, après un élevage en barrique, dont 10 à 20% de bois neuf. Le vin est expressif, avec une pointe de vanille et des saveurs de cassis. Les tanins sont soyeux et la matière fruitée est d’une bonne rondeur.

Pomerol 2015Code SAQ: 739623 – 34,10$

Voici un autre très joli vin de la maison Jean-Pierre Moueix. En effet, ce pomerol, une des appellations prestigieuses de tout le Bordelais, est élaboré avec les mêmes critères qualitatifs de l’entreprise, avec 95% de merlot et 5% de cabernet franc. Expressif à souhait, il se présente au nez avec un joli boisé et des notes d’épices douces, et tout en finesse avec des tanins soyeux, particulièrement dans cet excellent millésime.

Et pour rester avec cette grande maison, surveillez de près l’arrivée des Châteaux Morillon et Haut Roc Blanquant en AOP Saint-Émilion Grand Cru, le château de Bel-Air à Lalande de Pomerol, et les châteaux Chantalouette, Bourgneuf et l’Hospitalet de Gazin à Pomerol… à des prix un peu plus soutenus!

Jacques Orhon

À propos de l'auteur / Jacques Orhon

Sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Expert en dégustation et véritable globe-trotter du vin, il parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont maintes fois été récompensés, notamment, Le vin snob, du prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

On veut vous entendre :)