Ornellaia, ou la grandeur toscane

Une belle histoire entre Bordeaux et l’Italie

Axel Heinz, l’œnologue et directeur d’Ornellaia n’a pas un parcours banal. Né à Munich d’un père allemand et d’une mère française, c’est en se rendant régulièrement dans la région bordelaise de cette dernière qu’il va se familiariser avec le vin. Diplômé (BTS) et viticulture-œnologie, ingénieur agro puis détenteur du DNO (diplôme national d’œnologue) en France, Axel va travailler dans le Bordelais, à Saint-Émilion notamment, avant d’être approché par le grand cru toscan. Responsable de la production de ce fleuron de Bolgheri depuis 2005, il a placé avec une rigueur exceptionnelle la qualité des vins de ce magnifique domaine à un niveau très élevé.

Dégustation

Si je me suis régalé avec l’Ornellaia 2015, Il Carisma, d’une belle expression, racé et d’une grande longueur, avec ses notes d’épices douces, sa texture soyeuse et ses tanins encore fermes (CS53%, merlot 23%, Cab.F17% et PV7%; 225$), j’ai pris aussi un grand plaisir à déguster à nouveau le Bolgheri Serre Nuove 2016 dans lequel domine le merlot (44%), un vin d’une grande finesse aux tanins enrobés, porté par des saveurs de fruits rouges bien mûrs (64,75$.).

Et puis, sans se ruiner tout en s’approchant des plus grands, découvrez le Toscana Le Volte dell’Ornellaia 2016, savoureux, charnu, structuré et sphérique à la fois, imbattable à mon avis au prix demandé (28,55$)!

Mais il n’y a pas que du vin rouge en Toscane! Amateurs de blancs très fins, faites-vous plaisir avec le Toscana bianco Poggio alle Gazze 2016, un superbe assemblage sauvignon (80%) – viognier et vermentino à parts égales. Expressif à souhait (agrumes, pêche et fleurs blanches), ce vin a du gras et une fraîcheur étonnante qui équilibre le tout. Avec vos préparations de saumon préférées, comme un gravlax ou en tartare, le plaisir sera décuplé (54,75$).

Verticale

Plus qu’une coutume, c’est un privilège que de participer à la verticale d’un grand vin. Il s’agit de déguster le même cru sur plusieurs années, ce qui permet de se régaler avec les plus vieux (vins) qui nous apprennent sur leur évolution dans le temps, et d’anticiper avec les plus jeunes ce qu’ils vont devenir. C’est ainsi que fin novembre 2018, au restaurant chez Graziella, nous avons savouré au cours d’un repas 14 millésimes, de 1993 à 2015. Le 2005, première vendange d’Axel, s’est révélé d’une grande jeunesse, tout en nuance, tout comme le 1993 qui avait évolué, certes, mais en beauté, ainsi que les 98, 99 et 2001. Quant aux 2010, 2011, 2012 et 2015, ils avaient encore de belles années devant eux.

restaurantgraziella.ca

Bolgheri


Jacques Orhon

À propos de l'auteur / Jacques Orhon

Sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Expert en dégustation et véritable globe-trotter du vin, il parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont maintes fois été récompensés, notamment, Le vin snob, du prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

On veut vous entendre :)