À la découverte des Tisserins de Laval

C’est absolument étonnant de prendre connaissance de toutes les ressources en arts visuels qui nous entourent. Une recherche nous conduit inévitablement vers des liens que l’on n’aurait jamais soupçonnés.

Les associations à but non lucratif (OBNL) en arts visuels regorgent de membres aux expertises les plus variées. Elles sont méconnues dans leurs milieux respectifs, justement parce qu’elles n’ont pas de budget consacré à la publicité.

Dans une série de mini reportages et de découvertes, je tenterai de vous faire connaître certaines d’entre elles, dont les administrateurs ne demandent pas mieux qu’on parle de leur «mission» et de leurs membres talentueux.

Je n’aurais jamais aussi bien introduit l’organisme dont il sera question dans cet article. Cela fera bientôt 40 ans que cet OBNL a vu le jour. Quarante ans en 2020 que je cohabite avec cet organisme dans un rayon de cinq kilomètres de mon lieu de domicile, sans jamais en avoir entendu parler. Ou tout au moins, d’y avoir porté une attention particulière.

Tous les topos que j’écris nécessitent une rencontre qui me permet de m’imprégner de l’environnement des lieux que je visite. De rencontrer des gens qui me transmettent en émotions cette passion qui les anime. Ça me force à sortir de ma zone de confort, de jouer l’aventure d’aller vers l’inconnu. J’essaie ensuite d’exprimer dans mes mots, cet enthousiasme qu’on me communique.

Dans un tout autre vocabulaire que celui qui m’est familier1, j’ai donc convenu une rencontre avec les membres de cet organisme désigné sous le nom des Tisserins de Laval. Un organisme dûment accrédité par le Service de la vie communautaire, de la culture et des communications de Ville de Laval. Un nom qui évoque déjà une recherche d’identité propre à l’association, tout en associant la discipline des tisserands à ces espèces d’oiseaux — les tisserins — qui conçoivent leurs nids de façon méticuleuse, par des entrecroisements de filaments végétaux.

Je me suis présenté comme convenu aux membres de cet OBNL, sans aucun jugement envers cet art qui est associé au monde féminin. Ce qui semble, de prime abord, relever de l’artisanat qui était pratiqué jadis par nos aînés reste une discipline qui respecte encore les traditions. La question est d’ailleurs venue sur le sujet. Doit-on qualifier les « ouvrages » créés comme étant de l’art, un métier d’art ou de l’artisanat?

Je ne m’attendais vraiment pas à rencontrer une équipe aussi nombreuse et dynamique. Une équipe au vrai sens du terme, dans laquelle les membres du conseil d’administration se respectent et se complètent, tout en étant en étroite relation avec chacun des membres de l’association.

Les Tisserins comptent plus de 60 membres, dont plus de la moitié proviennent de l’extérieur de la municipalité. Ils se sont munis d’une structure d’organisation bien rodée au fil du temps. Des agendas sont tenus pour chacun des métiers à tisser, afin que les membres puissent planifier leurs projets respectifs.

Ça peut sembler anodin pour bien des gens, mais de baptiser chacun des métiers à tisser par un nom spécifique démontre un attachement sincère aux outils de fabrication. Et croyez-moi, il y en a plus d’un. Pour la plupart, on les appelle par un prénom tel que Le Mathilde, Le Bibiane, Le Marguerite, en mémoire d’une anecdote, d’une histoire ou bien du nom d’une ancienne membre ou présidente de l’organisme.

Du plus simple métier à tisser au plus complexe, l’évolution des matériaux a modifié l’ossature de ces outils d’assemblage mécanique du textile, ce qui les rend plus légers qu’à l’origine. Des améliorations technologiques ont modifié les métiers à tisser les plus complexes qui s’opèrent maintenant avec l’usage de programmes informatiques, afin de simplifier les coordinations requises et manuelles de grandes difficultés. 

L’historique de cette association est vraiment impressionnant en expositions, événements et collaborations. Un regard sur la page « Pour mieux nous connaître » de leur site Internet se compare au porte-folio d’un artiste accompli.

L’approche que les membres de cet organisme ont développée pour sensibiliser 2 la population de tout âge à leur passion en est une qui fait appel au respect de la matière première. Au-delà de la beauté visuelle, la simple action d’inviter les gens à toucher la fibre et les tissus fait appel au sens tactile. D’un point de vue créatif, le résultat du jeu des fibres est un accomplissement et une satisfaction de concevoir un produit tangible.

Bien qu’étant aussi un atelier de tissage, la vocation de l’organisme est avant tout une mission de perpétuer la pratique de l’art, dans un climat convivial de loisir. L’une des préoccupations de l’organisme est d’assurer une continuité de la connaissance et du savoir-faire déjà acquis. « L’association a pour but de promouvoir, diffuser et perfectionner le tissage sous toutes ses formes au moyen de cours, de conférences, d’ateliers, d’expositions et de recherches. »

Les Tisserins sont officiellement fournisseurs de Ville de Laval, en pièces tissées en tartans aux couleurs officielles et emblématiques de la ville. Des châles, aussi appelés des carrés d’épaules et des foulards sont offerts aux résidents centenaires de la municipalité.

L’organisme indépendant fait lui-même partie d’un réseau provincial de plus haute notoriété, L’Association des tisserands du Québec, duquel il puise des ressources éducatives pour s’alimenter en expertise de plus haute compétence.

Somme toute, j’ai fait la découverte de gens de talent qui s’adonnent à une discipline de fabrication d’œuvres textiles. Des gens qui débordent de créativité, par le jeu des couleurs et du tissage des fibres. Des personnes au tempérament artistique, soucieuses du respect de la tradition de l’art du tissage. Des passionnés qui ont en commun, avec les artistes qui s’adonnent à un autre médium, une soif d’approfondir et de partager leurs connaissances. Un désir de concevoir des «étoffes» qui sont des extensions d’eux-mêmes.

Pour toutes informations complémentaires, communiquez directement avec les membres du conseil d’administration des Tisserins de Laval https://www.tisserinslaval.com/ par courriel, téléphone ou messagerie Facebook https://www.facebook.com/tisserinslaval/.

1 NDLR Jacques Vallée travaille dans le domaine de l’arpentage

2 À noter que les Tisserins feront des démonstrations à La Semaine des Artisans de Laval, du 31.7 au 04.8. Le public pourra même s’initier à l’art du tissage.

https://www.facebook.com/semainedesartisans/
Jacques Vallee

À propos de l'auteur / Jacques Vallee

Il s’implique tout d’abord sur les réseaux sociaux en animation de groupe sur sa passion pour le vitrail. Il renoue avec ses aspirations artistiques et avec son appel de l’adolescence pour le journalisme culturel. On le dit rassembleur, parce qu’il est sans aucune prétention. Il a l’humilité de celui qui a tout à apprendre. De nature curieuse, proactive, sociable, il a la naïveté et l’enthousiasme d’un enfant, l’âme d’un artiste.

Facebook

On veut vous entendre :)