Les coûts cachés de la possession d’un chien


Avoir un animal de compagnie coûte de l’argent, parfois beaucoup plus que vous ne le pensez. Vous pouvez avoir un prix spécial à l’animalerie ou même dans un refuge, mais avant d’obtenir un chien, veuillez considérer tous les coûts cachés (ils ne sont pas cachés, mais ils sont loin de votre esprit lorsque vous regardez un joli chiot à la vitrine de l’animalerie) qui sont la conséquence directe de la possession d’un animal domestique:

Temps. La plupart des premiers propriétaires de chien ne pensent jamais à ceci, mais le temps que vous passerez à vous occuper de votre chien – en plus de la récréation – n’est pas négligeable. Cela comprend le temps de nourrir votre chien, de le promener, de ramasser la crotte dans la cour, de laver ses bols et de le conduire chez le vétérinaire / entraîneur / magasin d’aliments pour animaux / toiletteur.
De plus, vous devrez prendre des dispositions pour que quelqu’un s’occupe de votre animal de compagnie si vous partez de chez vous pendant plus de dix heures. (C’est le temps maximum qu’un chien peut passer dans sa cage, selon certains experts.) Mais même cela n’est que lorsque vous avez un animal de compagnie adulte. Un chiot peut se retenir pendant une heure pour chaque mois qu’il a atteint en âge jusqu’à ce qu’il devienne adulte. Par conséquent, un chiot âgé de trois mois ne peut être laissé seul que pendant trois heures, à moins que cela ne vous dérange pas de nettoyer un gros gâchis lorsque vous rentrez chez vous plus tard.

Nourriture. Cela peut aller du niveau bon marché au niveau spécialisé au niveau vétérinaire. Moins vous dépensez en nourriture, plus vous êtes susceptible de dépenser en soins vétérinaires plus tard, car le régime de votre animal aura des conséquences directes sur sa santé, en particulier pour les races pures. Il n’y a donc vraiment pas de «bonnes affaires» dans ce département. En fait, la plupart des marques d’aliments pour chiens vendues dans les supermarchés sont considérées comme de la «malbouffe» par les experts (éleveurs et vétérinaires).

Cage. Quasi obligatoire, surtout si vous avez un chiot. Tant que votre chien n’est pas habitué à sa nouvelle maison et qu’il n’est pas assez âgé pour pouvoir faire quelques heures sans surveillance, une cage sera une dépense qui vous permettra d’économiser de l’argent. À moins que cela ne vous dérange pas si votre compagnon à quatre pattes mâche vos chaussures, votre peignoir, la télécommande du téléviseur, votre canapé en cuir, le câblage du système audio…

Licence. Quelques dollars seulement (la moyenne canadienne est de 40 $), mais elle doit être renouvelée chaque année. Bonne nouvelle, dans la plupart des municipalités, vous bénéficiez d’un petit escompte si votre chien est stérilisé.

Colliers, laisses, harnais, couvertures, coussins, bols, jouets. Vous pensez avoir à acheter un seul de chaque? Combien d’usure envisageons-nous ici? Surprise! Même le matériel de bonne qualité doit être remplacé assez souvent, en particulier pour les chiens actifs. Et ce n’est que la base. Ajoutez un supplément pour le harnais spécial pour le vélo si vous voulez rouler avec votre chien, le matériel fluorescent pour la visibilité au crépuscule, les couvertures supplémentaires pour protéger les sièges de votre voiture, une ceinture de sécurité pour votre voiture, la grille pour séparer le siège arrière de la zone de chargement dans la camionnette…

Entraînement. N’oubliez pas que dans la plupart des juridictions, vous êtes légalement responsable de tout ce que votre chien fait. Cette dépense constitue donc une assurance vie pour votre chien. La capacité à obéir à des commandes comme Assis!, Reste!, Couche! et Viens! peut réellement sauver la vie de votre chien et faire en sorte qu’aucun préjudice ne lui soit causé ni aux humains qui pourraient interagir avec lui. Vous pensez peut-être pouvoir vous en occuper vous-même mais, sauf si vous êtes un propriétaire de chien expérimenté et afin de ne pas causer de traumatisme psychologique à votre chien, il est recommandé de suivre des cours de formation avec un entraîneur professionnel certifié qui utilise un système de renforcement positif. Un chien non entraîné, peu importe sa taille ou sa race, constitue un danger pour lui-même, les autres chiens et les personnes qui l’entourent.

Toilettage. Soit vous prenez le temps de le faire vous-même, soit vous devez payer un professionnel pour laver, faire le shampooing, couper les ongles, laver les oreilles, couper les poils, etc.

La stérilisation. Cette procédure est partie intégrante de la propriété d’un chien. Elle aide à réduire la surpopulation et l’abandon et protège votre animal de compagnie de certaines formes de cancer de la reproduction. Déjà chère pour commencer, cette chirurgie devient de plus en plus coûteuse à mesure que votre chiot grandit (dans la salle d’opération, tout dépend du poids du patient), il est donc préférable de le faire quand il est jeune. Vous devrez également décider si vous allez payer les frais supplémentaires liés à la chirurgie au laser, qui est moins douloureuse pour votre animal.

Prévention parasitaire. Les promenades dans la nature et même les parcs à chiens exposeront votre animal aux tiques porteuses de maladie de Lyme, aux puces, au ver du cœur transmis par les moustiques, aux débris fécaux et aux plans d’eau infestés par le ver rond. Les traitements de prévention des parasites ne sont pas des dépenses ponctuelles. Ils doivent être administrés chaque mois ou chaque saison et leur prix varie en fonction de la taille de votre chien. Ici, vous obtenez ce que vous payez et les bonnes marques sont généralement prescrites par un vétérinaire.

Vaccins. Ce sont des traitements vitaux qui protègent votre chien, en particulier s’il s’agit d’un chiot, contre des maladies mortelles telles que la rage, le parvovirus, la maladie de Carré et l’hépatite canine. Certains d’entre eux nécessitent d’un rappel et compte tenu de leur importance, ils représentent un excellent rapport qualité-prix. En outre, vous ne pourrez pas traverser une frontière internationale  ou envoyer votre chien dans un avion commercial ou chez un entraîneur, une garderie, une pension ou même quelques cafés-chiens s’il n’est pas complètement vacciné, certificat à l’appui.

Soins vétérinaires. Quel que soit le soin que vous portez à votre chien, des accidents ou des maladies peuvent un jour affecter sa vie. Comme vous allez développer un fort attachement à votre ami à quatre pattes, vous devrez peut-être prendre des décisions déchirantes à un moment donné. Si votre chien est affecté par une maladie traitable, aurez-vous les moyens financiers d’aider votre animal à retrouver une bonne qualité de vie? Qu’en est-il d’une maladie chronique? Que diriez-vous d’une maladie dégénérative ou terminale? Dépenserez-vous de l’argent en soins palliatifs? Heureusement (et malheureusement), la science vétérinaire a beaucoup progressé ces dernières années. Les diagnostics qui étaient sombres à une époque ont aujourd’hui une chance supérieure à 50/50 et le vétérinaire est obligé de vous dire tout ce qui peut ou pourrait  être fait pour soigner votre chien. Seulement vous saurez, au fond de votre cœur, combien d’argent vous serez prêt à dépenser le moment venu. Et croyez-moi, ça n’arrive jamais à un moment opportun.

Frais funéraires. Votre chien est le seul être qui vous aimera plus qu’il ne s’aime lui-même et lorsque la fin arrivera, le dernier acte d’amour que vous ferez pour votre animal est de s’assurer qu’il ne souffre pas inutilement. Vous devrez décider si vous avez la force de le tenir dans vos bras jusqu’à la dernière seconde. Une fois que tout est terminé, vous devrez décider de la façon dont vous allez disposer de la dépouille. Crémation commune ou privée? Participerez-vous? Enterrement peut-être? Quel genre d’urne, le cas échéant? Plaque commémorative ou photo? Tous ces services sont fournis avec soin et compassion, mais ils coûtent aussi de l’argent.

Avoir un chien est l’une des plus grandes joies de la vie. Le genre d’amour qu’un chien va vous donner n’a pas d’égal. Être un propriétaire responsable, c’est répondre aux besoins de votre chien et disposer des moyens de s’en occuper. Parce que, une fois que vous aurez tout évalué, vous saurez que l’amour d’un chien n’a tout simplement pas de prix.

Francisco De La Calleja

À propos de l'auteur / Francisco De La Calleja

Francisco De La Calleja, auteur de la récente publication Paroles De Danse, Pensées pour étudiants, interprètes et professeurs de danse, est l'un des professeurs de danse latine et formateurs d'enseignants de danse les plus expérimentés de la région de Montréal (Canada). Spécialiste de la salsa, son expérience en danse va du folklore mexicain au ballet, en passant par le jazz-ballet, la salle de bal et le swing, le tango argentin, la samba brésilienne et même l'aérobic, la mise en forme et la gymnastique rythmique. Il a enseigné à plus de 21 000 étudiants et a dansé, dirigé ou chorégraphié pour plusieurs troupes de danse, ainsi que des films, des émissions de télévision, des événements sportifs, des clips vidéo et des spectacles, notamment des congrès de salsa à Montréal, Los Angeles, New York et Miami. et Porto Rico. Vous pouvez en apprendre plus sur son travail et le contacter via son site Web à l'adresse www.shedanceswithhim.com. Par ailleurs, il gère avec sa conjointe le refuge A Bit of Heaven qui peut être contacté via le réseau Petfinder.com

Website Facebook

On veut vous entendre :)