Et puis…après


“Autrui, obstacle à la création, est le paradoxal destinataire de l’art.”


Morgan Sportès / Solitudes 

Une fois que la toile est terminée que reste-t-il, si ce n’est le souvenir d’une pensée, d’un geste qui découle d’un fantasme qui dormait et qui au gré du temps s’est transformé en passion?

On se l’imagine, l’idéalise, on y pense, on essaie de ressentir ce qui en découlera. Est-ce que l’acte sera aussi grandiose que l’imaginaire?

Est-ce que l’illusion sera à l’image de ses attentes? Créer est une relation intime derrière porte close. Le subconscient qui ose sortir de ses rectitudes et plonge dans l’incertitude.

Personne ne peut entrevoir ce qui se passe vraiment entre l’artiste et son œuvre. C’est une relation cachée qui se transmet du bout des doigts, un pinceau qui caresse une toile pour y laisser une pensée.

Une fois signée et qu’elle est à la vue de tous, tu la regardes discrètement sans laisser entrevoir l’histoire qu’il y a eu entre vous, un sourire en coin, un fantasme qui n’est plus, mais une douce réalité.

Et puis après…elle quitte.

à lire aussi de Michelle Thibault : Pattes de mouche

Michelle Thibault

À propos de l'auteur / Michelle Thibault

Artiste plasticienne, j’utilise l’encaustique pour donner forme à mes toiles. Le concept esthétique du wabi sabi est ma source d’inspiration. Je vois la beauté dans l’imperfection, l’usure devient un doux souvenir et la simplicité est quiétude. Je suis wabi sabi.

Website Facebook Instagram

On veut vous entendre :)