Le vignoble moldave, un des secrets les mieux gardés de la planète-vin

Première partie

Peu de gens, œnophiles ou non, se sont rendus en République de Moldavie, encore moins savent où la situer sur une carte géographique. Et pourtant, quand on apprend qu’il s’agit du pays qui cultive le plus de vignes au mètre carré, toute proportion gardée, et cela depuis l’Antiquité, on se dit qu’il serait peut-être temps d’en parler.

Un bref retour dans l’Histoire

Sans remonter trop loin dans le passé tumultueux de cette région de l’Europe orientale, il est intéressant d’apprendre qu’au fil des invasions va se constituer la Principauté de Moldavie, établie pendant cinq siècles, entre 1359 et 1859. Le Traité de Bucarest, en 1812, va séparer celle-ci en deux, pour aboutir en 1859 à la création de la future Roumanie, avec dans sa partie Est la Moldavie occidentale, qu’il ne faut pas confondre avec l’actuelle république de Moldavie. La Moldavie orientale devient alors une province de l’Empire russe, puis une région qui dépend du géant soviétique. Beaucoup plus tard, le 27 août 1991, la République de Moldavie proclame son indépendance. Si le Roumain est aujourd’hui la langue officielle, le russe est encore largement parlé, et l’influence soviétique se fait encore sentir, dans l’architecture et certaines institutions.

Le monastère de Saint Teodor Tiron, ou monastère Ciuflea, situé en plein cœur de Chisinau en Moldavie – photo : Jacques Orhon

Des conditions viticoles idéales

Situé entre l’Ukraine et la Roumanie, ce petit pays dont la superficie correspond à peu de chose près à celle de la Belgique, possède un potentiel agricole surprenant, avec ses plaines, ses collines, ses lacs et ses innombrables cours d’eau. Doté d’un ensoleillement qui oscille entre 290 et 320 jours par année, d’étés chauds, d’automnes propices à une bonne maturité des raisins, et d’une géologie qui s’y prête avec des sols à dominante argilo-calcaire, parfois sablonneuse, on comprend pourquoi il était naturel, il y a longtemps déjà, d’y planter la vigne pour produire du vin. D’aucuns disent que la campagne moldave a des airs de Bourgogne, mais là s’arrête la comparaison.

Un vignoble dans la région de Stefan Voda pas très loin de la mer Noire
Photo : Jacques Orhon

Les principaux cépages

Mondialisation oblige, les variétés internationales se sont installées avec plus de 80% de l’encépagement: chardonnay, sauvignon, aligoté, pinot blanc, pinot gris et muscat en blanc; merlot, cabernet sauvignon, malbec et pinot noir en rouge.

Toutefois, les variétés autochtones prennent de plus en plus leur place (+15% en 2018) et se prêtent avec succès aux assemblages avec les cépages cités précédemment. Feteasca alba et feteasca regala en blanc; feteasca neagra et rara neagra en rouge.

Il faut souligner la présence du saperavi, un cépage géorgien connu qui permet d’obtenir des rouges colorés et soutenus.

Enfin, de nouvelles variétés font leur apparition: riton, viorica et alb de Onitcani en blanc, et codrinschi en rouge.

Dans la région de Codru, pas très loin de Chisinau, capitale de la Moldavie
Photo : Jacques Orhon

La fiche d’identité du vignoble moldave

– 128 000 hectares, toutes vignes confondues, ce qui inclut les vignes familiales, les raisins de table et les vignes à l’état sauvage.

– 58% de cette surface, c’est à dire 74 200 hectares, sont consacrés à la production de vins de qualité.

  • 65% de cépages blancs
  • 35% de cépages rouges

– Trois grandes régions se partagent le vignoble:

  1. Codru (53%), la plus grande, se trouve au centre du pays, avec dans le sud, la ville de Chisinau, la capitale. On y produit des vins tranquilles dans les trois couleurs, et beaucoup de vins effervescents.
  2. Valul Lui Traian (38%), à l’extrême Sud-Ouest de la Moldavie, subit l’influence de la Mer Noire, et est connue notamment pour ses vins rouges.
  3. Stefan Vodă (9%), dans le Sud-Est, est une région qualitativement fort intéressante, située non de la Mer Noire également.
  • Trois IGP (Indication Géographique Protégée) sur une surface de 9 200 hectares, en hausse de 22% en 2018, sont consacrées aux vins de très bonne qualité. Elles portent le nom de leur région, Codru (25%), Valul Lui Traian (35%) et Stefan Vodă (12%).
  • Divin, la quatrième IGP (28%), est réservée à la production d’eaux-de-vie de vins.
Départ de vendanges dans la région de Codru en Moldavie – Photo : Jacques Orhon

Jacques Orhon

À propos de l'auteur / Jacques Orhon

Sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Expert en dégustation et véritable globe-trotter du vin, il parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont maintes fois été récompensés, notamment, Le vin snob, du prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

On veut vous entendre :)