Rendez-vous bachiques

Directement de Moldavie

L’an passé, j’ai présenté sur ce blogue le vignoble moldave dans le détail, suite à une expérience sur le terrain qui m’a permis d’en apprendre beaucoup de ce pays qui nous est encore bien étranger, et où l’on cultive, dit-on, le plus de vignes au mètre carré toute proportion gardée, dans le monde.

Entretemps, j’ai rencontré au Québec une jeune femme de 37 ans qui a quitté sa Moldavie natale pour s’installer à Montréal en 2009. Originaire du sud-ouest du pays et issue d’une famille de vignerons  – chaque année, pour donner le ton, c’est sa mère qui commence la taille des vignes au printemps… le 14 février – elle enseignait, en tant qu’ingénieure, au Collège Polytechniques de Chisinau, la capitale, quand elle a décidé d’immigrer au Canada. Quelques années plus tard, après son BAC à HEC, Liudmila s’est lancée dans l’importation privée afin de représenter les vins de petits producteurs moldaves qu’elle connaît bien, des vins produits en général en petites quantités.

Si cela vous intéresse, vous devez donc la contacter à son agence: Les Filles du Vigneron, au 1 514 652 -7967 et demander Liudmila Terzi. Et voir avec elle pour les conditions de livraison (lesfillesduvigneron@gmail.com).

Après une dégustation pointue de plusieurs vins de différentes maisons, voici donc mes commentaires :

Dans la région de Codru, située au centre du pays, Ion Luca propose avec sa marque Carpe Diem, et ses étiquettes illustrées de portraits expressifs en noir et blanc, une série de vins à forte personnalité.

En blanc, on découvre avec le Femme Fatale 2017, un assemblage de feteasca regala et de feteasca alba, les deux cépages emblématiques en blanc du pays, un vin sec aux arômes floraux et fruités (pomme verte et abricot) et des saveurs de poire Williams. En bouche, on apprécie le gras qui laisse anticiper quelques harmonies de table avec des poissons blancs et des fruits de mer, nappés d’une sauce légèrement crémée (22,00$). Une jolie découverte!

En rouge, les mauvais garçons et les chenapans prendront, un jour à la fois, et sans se priver, la cuvée Bad Boys 2017, qui fait plus dans l’intensité que dans la dentelle, avec l’union du feteasca neagra au saperavi, un cépage géorgien qui permet d’obtenir, c’est le moins que l’on puisse dire, des rouges colorés, soutenus et corsés. Les arômes de mûres, de cerises noires, de poivre et de pain grillé sont au rendez-vous, occultés toutefois par un boisé marqué qui obligera le consommateur à attendre encore quelques années avant de les apprécier. Bon, avec une pièce de gibier, d’orignal par exemple, les amateurs pourront y trouver leur compte. Le prix, à cause peut-être d’une bouteille très lourde, est proportionnel à sa puissance (44,00$). Il faudra que Liudmila prévienne ses fournisseurs qu’écologiquement parlant, les flacons lourds ne sont plus recommandés.

Par contre, la cuvée Aurore 2018, de la maison Fautor, installée dans l’appellation Valul Lui Traian, me semble plus équilibrée. Élaborée avec le seul cépage rara neagra, elle offre de belles notes épicées de muscade et de clou de girofle, mais aussi de prune et de cerises noires. Les tanins sont en voie d’être assagis, presque de velours, et la fraîcheur, malgré une bonne présence d’alcool, domine en bouche, ce qui procure au vin un début d’élégance (29,00$).

Enfin, ceux qui ont un à priori positif pour le prosecco, vous pouvez vous procurer la jolie bouteille d’Apriori Glera Brut à 19,75$ (le glera est le cépage du prosecco). Rappelons quand même, en ce qui concerne l’élaboration, la différence fondamentale de ce type de vin avec un champagne ou une méthode traditionnelle: la seconde fermentation (qui produit les bulles) se fait sous pression et en grande quantité dans d’immenses cuves en inox, et non dans chacune des bouteilles.

Les Filles du Vigneron représentent également les vins de la maison Gitana et ceux de Novak, qui produit le Limited Édition #2 Red Blend, un rouge assez intense qui a gagné plusieurs médailles dans les concours internationaux, dont l’or à Mundus Vini, dont j’ai l’honneur de faire partie.

Une cave dans la région de Chisinau, la capitale – Photo : Jacques Orhon

De la Moldavie au Chili

Pour s’y rendre, il n’y a qu’un pas, que l’on franchit ces temps-ci, plus facilement et rapidement qu’en avion, par la pensée et vins interposés. J’ai eu le plaisir de redécouvrir dans les deux dernières semaines les vins d’un producteur que j’avais visité lors de mes premiers séjours dans ce fabuleux pays situé au pied de la cordillère des Andes.

Que de progrès sur le chemin de la qualité des vins dans ce coin d’Amérique du Sud! Et la maison Emiliana ne s’est pas trompée en misant sur la viticulture bio, et depuis 2005 sur la biodynamie (certifiée en 2017), une révolution viticole dont on parlait peu à Santiago il y a 20 ans. Engagée dans le développement durable, Emiliana s’implique beaucoup dans son écosystème environnemental, mais aussi du côté humain, dans la prise en charge de ses ouvriers, avec la construction d’habitations et la scolarisation de leurs enfants.

Adobe Chardonnay Reserva 2000, Vallée de Casablanca

La région de Casablanca, influencée par les courants frais du Pacifique, se prête tout à fait à la culture des cépages sauvignon et chardonnay. C’est ce dernier qui est mis en valeur dans cette cuvée marquée par des notes florales et miellées, avec de légères saveurs d’agrumes en bouche. Bref, ce vin sec au degré d’alcool raisonnable se servira aussi bien en guise d’apéritif, que sur des pâtes aux crevettes ou un poisson-meunière.  Code SAQ: 14195460 – 15,00$

Adobe Reserva Cabernet-Sauvignon 2018, Vallée Centrale

Avec sa capsule à vis qui nous simplifie la vie, le vin se dévoile sous sa robe chatoyante, et nous invite à plonger notre nez dans ces parfums de fruits rouges bien mûrs. Délicatement boisé, et doté de tanins fins, il étonne par sa fraîcheur en bouche. Et si l’on se fie à la contre-étiquette, ce vin sans OGM est destiné aussi à nos amis végans. À ce prix, que demander de plus?  Code SAQ: 14195494 – 15,00$

Et si on anticipait un peu, pour fêter la vaccination qui s’installe enfin chez nous?

Avec des bulles à trois niveaux de prix

Cava Brut Riserva, Clos Amador, Pere Ventura

Ce n’est pas la première fois que j’écris que le vin espagnol Cava permet d’accéder à des bulles de bonne qualité en payant un prix moindre. Ce qui est clairement le cas avec ce Clos Amador. Franc, net et précis, au nez floral, il vous permettra d’apprécier la personnalité des cépages xarel-lo, macabeo et parellada. Code SAQ: 12888182 – 15,00$

Brut Anderson Valley, Roederer Estate

Cet excellent vin effervescent vous donnera le goût de la Californie! Que vous le preniez à l’apéritif ou pour un déjeuner en tête-à-tête, vous aurez l’esprit à la fête comme avec un bon champagne, ce qui est normal puisqu’il est produit par une des meilleures maisons champenoises, qui l’élabore avec les mêmes soins et les mêmes soucis de qualité. Vous ne le regretterez pas! Code SAQ: 294181 – 37,60$

Cueillette du chardonnay dans le vignoble de Pommery à Reims – Photo : Jacques Orhon

Champagne Brut Royal, Pommery

J’ai eu l’occasion il y a deux ans de retourner chez Pommery en compagnie de Thierry Gasco, ex-chef de cave mais toujours conseil pour les propriétaires, la famille Vranken. On a fait une petite virée chez des viticulteurs à qui ils achètent du raisin, même s’ils sont propriétaires d’un vaste vignoble, qui détient le label Viticulture durable en Champagne. Si cette cuvée est restée classique dans sa forme, elle a acquis une élégance que le chardonnay, en bonne proportion (35%), procure au vin saute-bouchon. Avec autant de pinot noir (35%) pour la matière, et le pinot meunier pour le fruit, le résultat est là, dans le verre tulipe, fort agréable, avec une finale ronde qui plaira aux amateurs à la dent un peu sucrée.

Code SAQ: 346106 – 65,00$

Du porto!

Porto Colheita 2003, Feist

Nous avons de la chance puisqu’il reste encore dans quelques dizaines de succursales ce Colheita 2003, un porto de style tawny mais millésimé. D’un très bon rapport qualité-prix, celui-ci plaira aux amoureux de ce grand vin portugais, dont les vignes ont poussé sur des sols surtout schisteux, et granitiques. Avec des fromages à pâte persillée ou une crème brûlée, il sera un compagnon idéal de vos agapes, mais attention, son côté capiteux vous donnera de folles envies de voyage dans la vallée du Douro. Code SAQ: 11685519 – 45,75 $

La vallée du Douro dans toute sa splendeur – Photo Jacques Orhon

À propos de l'auteur / Jacques Orhon

Sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Expert en dégustation et véritable globe-trotter du vin, il parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont maintes fois été récompensés, notamment, Le vin snob, du prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

On veut vous entendre :)