Vins de roman

Les Fruits de l’Exil, mon premier roman

J’ai écrit des livres sur le vin pendant trente ans, et chacun d’entre eux reste pour l’auteur que je suis un objet de fierté. Mais je dois avouer que je n’avais jamais ressenti autant d’émotions qu’en écrivant ce roman. Deux longues années m’ont été nécessaires pour aller au bout de cette aventure littéraire parsemée de défis et de grands questionnements.

Quand la prémisse de mon histoire s’est installée dans ma tête, mon esprit s’en est accaparé aussitôt, facilitant la visite inopinée de Madame Inspiration qui se mit à me faire des clins d’œil à toute heure du jour… et de la nuit. J’ai commencé à noircir mes carnets de mots qui ne demandaient qu’à s’exprimer sur mon clavier, inventant là une histoire, créant ici des personnages qui prenaient vie tout naturellement, lesquels ne demandant pas mieux que de croiser des vraies personnes dans le cadre d’un lieu connu ou inconnu.

C’est ainsi qu’est née cette autofiction à saveur œnologique que j’ai – et le mot le dit bien -alimentée de mes propres expériences, de mes réflexions, et de pans importants de ma vie.

L’histoire en quelques mots

En reportage à Niagara, Stéphane Almeida, photographe au faîte de sa carrière, se sent nerveux comme un jeune premier : il s’apprête à vivre le rendez-vous le plus décisif de sa vie. Son père, cet inconnu, lui filera-t-il entre les doigts encore une fois ? Tant d’années passées à démêler l’écheveau de ses origines et à tenter de soutirer la vérité à ses proches, tant d’années résumées en cet instant, sous le soleil du flamboyant automne canadien…

Par-delà l’intrigue, où s’entrecroisent les destins de générations d’immigrants européens, ce roman aux accents hédonistes célèbre l’art de vivre, les voyages, les plaisirs de la table, les rencontres et la musique. Mais, par-dessus tout – faut-il s’en étonner ? –, il rend hommage au vin vrai, si cher à mon cœur.

Des vins à déguster pendant la lecture

Aussi, pour agrémenter cette chronique, je vous propose maintenant dix vins qui évoquent de près ou de loin, des lieux, des moments-clés ou des producteurs qui se retrouvent dans le livre. Il y en a évidemment beaucoup d’autres que vous pourrez découvrir à travers ces 350 pages, mais je finirai simplement sur ces mots: je vous souhaite autant de plaisir à lire Les Fruits de l’Exil, que j’en ai eu à écrire ce roman!

QUATRE VINS BLANCS

La Segreta 2019, Sicilia, Planeta

Impossible de visiter la Sicile viticole sans s’arrêter dans un des cinq sites de production de la maison Planeta. Ce vin blanc qui provient de la jolie région de Menfi, au sud de Marsala, est issu d’un curieux assemblage avec les cépages autochtones grecanico (50%), et fiano, assemblés au chardonnay et au viognier, bien connus chez le voisin français. Le résultat est là: moyennement aromatique, porté sur les fleurs et les fruits blancs, le vin est sec, joliment fruité, et à ce prix, remplira son office pour accompagner poissons et pâtes aux fruits de mer.

Code SAQ: 741264 – 15,50$

Portal da Calçada, Cuvée prestige, Sociedade Agricola e Florestal

Même s’il existe en rouge, mais pour ainsi dire non exporté, c’est en blanc que l’on connaît dans le nord du Portugal, le vinho verde, un vin sec, peu alcoolisé et légèrement perlant. Pourtant, je vous présente ici un Espumante de Vinho Verde, un effervescent original et de très bonne qualité, élaboré avec les cépages de l’endroit, c’est-à-dire le loureiro, majoritaire ici avec 70% de l’assemblage, et de l’arinto. Les bulles sont fines et on en redemande!

Code SAQ: 14222624 – 17,65 $

Touraine 2018, Sauvignon, Domaine de la Charmoise, Henry Marionnet

Si Henry Marionnet est un producteur discret de la vallée de la Loire qui ne fait pas de bruit, c’est aussi un homme qui a passé son temps à remonter le temps pour mettre en valeur des cépages oubliés. Son fils est aujourd’hui à la manœuvre, mais ensemble, ils continuent de produire des vins vrais, comme ce sauvignon tout en fruit et en fraîcheur, avec suffisamment de gras pour escorter par exemple un gravlax de saumon.

Code SAQ: 12562529 – 18,65$

Vin de Constance 2015, Klein Constantia

Au cœur du berceau du vignoble sud-africain, le Vin de Constance est un des fleurons de ce grand pays, et fait partie des vins mythiques de la planète. Issu de raisins passerillés de muscat, il se présente dans toute sa splendeur, avec un bouquet de miel, d’ananas confit et d’amande grillée. Onctueux et liquoreux en bouche, ce vin d’une longueur extrême offre en finale des notes de mangue et de mandarine, et garde, malgré le fort taux de sucre résiduel, un bel équilibre, grâce à une bonne acidité. Allez, faut bien se faire plaisir en ces temps difficiles!

Code SAQ: 10999655 – 80,00$ (500 ml)

SIX VINS ROUGES

Côtes du Rhône 2017, Vidal-Fleury

Non seulement cette marque renommée est une des plus anciennes de la vallée du Rhône, mais elle appartient à la célèbre maison Guigal, qui s’en occupe avec autant de soins que pour ses grandes cuvées élaborées sous sa propre signature. À base de grenache, complété par la syrah, le mourvèdre et le carignan, ce simple côtes-du-rhône, s’il reste classique dans sa présentation, offre à un prix très raisonnable tout ce que l’on attend d’un rouge fruité, assez charnu et bien équilibré.

Code SAQ: 14278855 – 15,95$

Douro 2018, Carm, Casa Agr. Roboredo Madeira

Le touriga nacional, le grand cépage de la vallée du Douro, domine dans cette cuvée avec 40% de l’assemblage, associé judicieusement aux tinta roriz et touriga francesa moitié-moitié. Le résultat est à la hauteur de nos attentes, surtout à ce prix raisonnable. La couleur, la structure mais aussi la fraîcheur sont au rendez-vous dans ce vin corsé mais non dénué de charme.

Code SAQ: 10540297 – 17,15$

Le Douro en allant vers la Quinta de Ervamoira – Photo : Jacques Orhon

Côtes du Roussillon 2019, Mas Las Cabes

Même assemblage que dans le côtes-du-rhône, mais cette fois-ci avec une dominante syrah (50%) et grenache noir (30%). Cette cuvée, issue de l’agriculture biologique, sent bon la nature catalane, avec ses parfums de garrigue chauffée par le soleil de Vingrau, petit village viticole bien connu. Même s’il s’agit d’un vin encore jeune, on devine la volonté du vigneron de travailler avec des raisins bien mûrs et des tanins sans aspérité. Un régal en perspective avec du canard confit aux champignons.

Code SAQ: 11096159 – 17,40$

Listrac 2014, Château Ducluzeau

Je dois vous le dire tout de suite; il en reste peu en magasin, mais vous pourrez toujours surveiller le prochain millésime. Il n’en demeure pas moins que ce vin du Haut-Médoc, signé par une famille girondine réputée, a tout pour plaire avec sa forte proportion de merlot qui lui confère des tanins arrondis, d’autant plus qu’aujourd’hui, issu d’un millésime moins grandiose que d’autres, il se laisse boire aisément du haut de ses six ans.

Code SAQ: 13867527 – 28,95$

Amarone della Valpolicella Classico 2015, Costasera, Masi

Quand on veut se faire plaisir, sans se ruiner, avec un très bon amarone, on peut opter sans problème pour cette excellente cuvée, élaborée à partir de raisins très sucrés, issus des cépages corvina (70 %), rondinella et molinara. D’une couleur profonde et intense, au riche bouquet complexe et épicé, ce vin de la Vénétie sera assez corsé et puissant pour accompagner votre pièce de gibier préféré.

Code SAQ : 317057 – 42,35 $

Porto Tawny 10 ans, Quinta de Ervamoira

Impossible de se tromper avec ce Porto aux tanins soyeux et à la structure fruitée d’un grand équilibre. Élaboré par la célèbre maison Ramos Pinto, avec quatre variétés, dont le touriga nacional et le tinta roriz, ce tawny de 10 ans n’est pas le plus abordable dans sa catégorie, mais quelle subtilité et quelle classe ! Et en plus, que l’on se rassure, il est disponible également en demi-bouteille.

Code SAQ: 133751 – 49,50$ (24,95$ la demi)

Jacques Orhon

À propos de l'auteur / Jacques Orhon

Sommelier et fondateur de l’Association canadienne des sommeliers professionnels. Expert en dégustation et véritable globe-trotter du vin, il parcourt depuis plus de 40 ans les vignobles du monde. Ses ouvrages ont maintes fois été récompensés, notamment, Le vin snob, du prix en littérature de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

On veut vous entendre :)