Les in-et-dits de Maryam D.

Ceci est l’histoire brève du réverbère qui se laisse allumer, du papillon qui se laisse attirer et d’une femelle kangourou qui ne veut pas sauter.

Un réverbère et un allumeur de réverbères s’amusaient à attirer un papillon. Une imposture fut dévoilée et l’allumeur en femme révélée. On dira une allumette, c’est plus poli, et maman écoute peut-être. Une allumette grimée, plus tenancière que Ténardier, marionnettiste mantelée, religieusement féroce. Elle écrivit sous la signature d’un autre, endossant souvent un rôle qu’on ne peut plus nommer. Dans un dernier écrit, il lui plut de soulever son masque et de faire reconnaître sa plume anonyme sous quelques mots, c’est bientôt Halloween:


« Saute, ou tu ne seras pas une bonne mère.


Saute, ton esprit sera libre.


Saute, pour le futur.


Saute, là-haut, il y aura du vin et de l’eau. Beaucoup d’eau. L’Eau, la Vie, tu saisis?


Saute! Fais comme Moi. Je l’ai fait avant toi. Le monde est si joli en-bas. Saute, petite Walliby, saute ».


Il n’y a aucune morale à cette histoire, aucune leçon à donner. Il y a des sots qui écrabouillent. J’adore ce mot Écrabouiller, il est rigolo. Il m’inspire une réflexion nocturne qui demain pourra changer:


Mon papillon bien aimé se rappellera qu’il a en lui toute la force des femelles de sa généalogie…


Il se rappellera le jour dans les lumières de Turner. Il se rappellera le Vol de Nuit qui n’empêche pas celui de jour. Il se rappellera son grand auteur et les Mozart(s) qu’on assassine. Il se rappellera Prévert et Barbara.Il se rappellera l’égo et ses abîmes.


Cupidon se penchera sur son coeur pour lui souffler qu’il n’y a que ceux qui souffrent qui savent aimer.


Le marchand de sable, son meilleur ami, excusant ses retards, lui confiera que le sacrifice est à l’amour ce que l’eau est pour le vin: 

une catastrophe!


À la Vôtre.

À propos de l'auteur / Traces magazine

Cet article a été rédigé par la rédaction de Traces magazine.

On veut vous entendre :)