À la découverte des Amis du vitrail

Quarante ans de passion partagée se doivent d’être soulignés

C’est absolument étonnant de prendre connaissance de toutes les ressources en arts visuels qui nous entourent. Une recherche nous conduit inévitablement vers des liens que l’on n’aurait jamais soupçonnés.

Les associations à but non lucratif (OBNL) en arts visuels regorgent de membres aux expertises les plus variées. Elles sont méconnues dans leurs milieux respectifs, justement parce qu’elles n’ont pas de budget consacré à la publicité.

Dans une série de mini reportages et de découvertes, je tenterai de vous faire connaître certaines d’entre elles, dont les administrateurs ne demandent pas mieux qu’on parle de leur «mission» et de leurs membres talentueux.

Dans un contexte qui m’est beaucoup plus familier cette fois, je me suis déplacé sur la rive sud de Montréal pour aller à la rencontre des membres du conseil d’administration d’un organisme qui partagent le même intérêt artistique que le mien, le vitrail.

Le terme vitrail évoque pour la plupart des gens, les vitraux d’église, ceux que l’on retrouve dans les lieux de culte. Ces compositions de verre de couleurs qui sont assemblées par la technique traditionnelle de la baguette de plomb.

Il se trouve que cet art verrier a connu, il y a plus d’une décennie, une « démocratisation » qui le rend beaucoup plus accessible avec la technique du ruban de cuivre, communément appelé Tiffany. Une technique d’assemblage qui permet de relier les pièces de verre préalablement découpées, par une délicate soudure d’un alliage de plomb / étain.

Les possibilités de jouer avec le verre deviennent donc plus accessibles pour les aspirants à ce médium. Un médium visuel qui séduit principalement par l’attraction du regard vers les œuvres créées, hautement mise en valeur par la lumière naturelle ou artificielle qui les traverse.

Que ce soit pour des panneaux « décoratifs » ou des lampes d’ambiance, l’originalité, le travail méticuleux, le choix et la qualité des verres sélectionnés ont tous autant d’incidence sur les résultats obtenus. L’activité qui relève des métiers d’art voit éclore la naissance d’artistes dans l’âme. Des personnes sensibles qui traduisent leurs émotions par le jeu des couleurs, par le biais du verre, de sa transparence et de la luminosité ambiante et variable tout au long de la journée. Certains artistes de renommée en ont fait leur médium de prédilection.

La majorité des gens croient à tort, qu’il faut avoir un équipement hyper sophistiqué pour s’adonner au vitrail, dans un environnement super sécurisé. Dans un contexte de loisir créatif et occasionnel, il est superflu d’avoir des installations en permanence. La preuve en est faite ici. J’en suis témoin pour vous.

Photo : courtoisie Les Amis du vitrail

La petite histoire de l’organisme à but non lucratif Les Amis du vitrail a son origine il y a une quarantaine d’années. C’est en 1980 que sa fondatrice initiale, Ginette H. Coutu souhaitait permettre à des adeptes de cette discipline de se rencontrer pour partager leur passion commune.

Se sont jointes à Mme Coutu, Mesdames Hélène Valade et Carole Martin qui se sont partagé neuf années de plaisir avant que leurs activités artistiques soient reconnues officiellement sous l’appellation d’un organisme à but non lucratif Les Amis du vitrail de Saint-Hubert. Mme Claire Chagnon en a assumé la présidence du C.A. plus de dix années consécutives. Mme Chagnon était présente lors de ma visite convenue avec la présidente actuelle. Notre rencontre m’a permis de mieux connaître cet organisme.

Le conseil d’administration des Amis du vitrail est composé de sept membres élus, actuellement présidé par Mme Johanne Tremblay. Les membres se répartissent les tâches bénévoles, toutes aussi essentielles les unes que les autres à la bonne gestion de cet organisme à but non lucratif de vocation à la fois de loisir artistique et éducatif en métier d’art.

L’organisme occupe, à raison d’un soir semaine depuis de nombreuses années, un local du Centre culturel Boivert du boulevard Payer, dans l’arrondissement de Saint-Hubert de la municipalité de Longueuil. Ce local, propriété de la ville se doit d’être partagé avec d’autres activités de loisir tout au long de la semaine. Cette contrainte nécessite que le local soit rangé après chacune des soirées de rencontre. Une concession qui permet d’avoir accès à un local communautaire, de la mi-septembre à la fin avril.

Dans les grandes lignes, les contributions annuelles pour être membre des Amis du vitrail permettent de côtoyer ses pairs, d’avoir accès aux ateliers libres, d’être chapeauté par des artisans plus expérimentés et d’avoir accès à une bibliothèque spécialisée. Les argents amassés sont réinvestis pour permettre l’acquisition de matériel de dépannage qui peut être disponible au besoin, directement sur place. Des équipements communautaires, propriété de l’organisme sont accessibles et partagés, ce qui évite de transporter les outils personnels plus encombrants. Cela permet aussi aux nouveaux adeptes de ne pas acquérir le matériel de base requis, avant leur initiation.

Il allait de soi que, moyennant des coûts, des cours fussent offerts à de nouveaux membres afin de perpétuer le savoir-faire et assurer également la longévité de l’organisme, sachant que les membres ne s’adonnent pas tous à leur loisir, à la même fréquence. Une quarantaine de membres composent cette association.

Sur les lieux, des tables conventionnelles surélevées par des rallonges conviennent pour le confort du « travail ». Des extensions d’alimentation électrique permettent l’usage des outils nécessaires. L’accès à un évier suffit pour compléter les commodités requises au lavage des pièces réalisées. Les membres ont aussi accès à des espaces de rangement pour y laisser leurs projets respectifs, jusqu’à la semaine suivante.

Lors de ma présence, j’ai constaté une ambiance de camaraderie, d’entraide et de bonne humeur entre une douzaine de personnes sur les lieux. Il en est tout aussi vrai de l’atmosphère qui règne entre les membres du conseil d’administration. C’est vraiment agréable et enrichissant de côtoyer des personnes qui ont la fibre commune de partage et de transmission d’une passion artistique.

Suite à l’initiation, des notions plus avancées sont aussi offertes en assemblage de lampes et d’objets à trois dimensions. Les techniques du verre fusion et de thermoformage y sont aussi enseignées à qui le veut bien. Dans ce dernier cas, l’organisme collabore avec une boutique de la région pour finaliser la cuisson en fours spécialisés. Boutique dont les propriétaires accordent un certain rabais sur le coût d’achat de matériel aux membres de l’OBNL. C’est assurément le plus bel exemple de partenariat entre un organisme et un commerce fournisseur de matériel qu’il m’a été donné de voir jusqu’à maintenant. Un exemple à suivre.

Les amis du vitrail m’ont offert une belle leçon d’humilité, car ils font avec ce qu’ils ont. L’essentiel dans cette activité artistique n’est pas l’outillage de dernier cri, mais le plaisir de s’y adonner avec toute la créativité qui nous habite, tout en composant avec les contraintes des lieux à notre disposition et les restrictions du matériau qu’est le verre.

Sur le plan personnel, ce n’est un secret pour personne. Votre « Association »  correspond en tout point à ce que je souhaite instaurer sur le territoire de la municipalité où j’habite à Laval. Merci de m’avoir ouvert les portes de votre repère de rencontres. Je vous en suis reconnaissant.

Pour toutes informations complémentaires, communiquez directement avec la responsable des communications de l’organisme Les Amis du Vitrail dont les coordonnées sont inscrites dans les liens ci-dessous.

Quarante ans de passion partagée se doivent d’être soulignés.

Chapeau aux membres du CA passé, présent et à venir !

http://lesamisduvitrail.org/

Jacques Vallee

À propos de l'auteur / Jacques Vallee

Il s’implique tout d’abord sur les réseaux sociaux en animation de groupe sur sa passion pour le vitrail. Il renoue avec ses aspirations artistiques et avec son appel de l’adolescence pour le journalisme culturel. On le dit rassembleur, parce qu’il est sans aucune prétention. Il a l’humilité de celui qui a tout à apprendre. De nature curieuse, proactive, sociable, il a la naïveté et l’enthousiasme d’un enfant, l’âme d’un artiste.

Facebook

On veut vous entendre :)