Bien de chez nous, connu ailleurs…

L’enseignement des arts de la scène (musique, chant, danse, humour, cirque, etc.) au Canada – et particulièrement au Québec – est reconnu de très grande qualité. De ce fait, beaucoup de «nos» artistes sont aclamés partout dans le monde. Nous en sommes fiers, mais…

Plusieurs font carrière sans jamais avoir foulé les planches de leur pays natal et surtout sans avoir l’occasion de témoigner du résultat de leurs efforts devant un parterre de concitoyens, parents, ex-professeurs et amis. « Nul n’est prophète…etc» mais pourquoi ?

Devant cette injustice, TRACES Magazine a décidé de vous présenter l’un de ces artistes expatriés qui font rayonner notre savoir-faire partout dans le monde, sans jamais être invités à revenir au pays.

Né sur une petite ferme de Mirabel, près de Montréal, Jean-Kristof Bouton est un baryton canadien dont la carrière internationale est en plein essor. Son enfance se passa entre les chevaux, la musique et la nature. À 13 ans il fit une rencontre qui changea sa vie : la professeure Cécile Vallée Jalbert, qui lui enseigna les bases du chant classique et l’aida dans les premiers pas sur le chemin qui devint sa passion et sa carrière : L’Opéra.

En 2005, après avoir terminé ses études à l’École de Musique Vincent d’Indy de Montréal et suivant les conseils de M. Cristian Mihailescu, qui était alors directeur et metteur en scène de l’Opéra de Brasov, il partit en Roumanie pour faire ses études universitaires en interprétation musicale – bel canto à l’Université nationale de musique à Bucarest de 2005 à 2012, sous la tutelle de la célèbre soprano et professeure Eleonora Enachescu. Durant cette période, on a pu l’entendre en tournée européenne dans le rôle d’Oreste de l’opéra contemporain Orestia II d’Aurel Stroe; ainsi que dans les rôles de Smirnoff dans The Bear de William Walton, Sharpless dans Madame Butterfly, Malatesta de l’opéra Don Pasquale et le rôle-titre de Gianni Schicchi au Studio Opéra UNMB de Bucarest en 2011, ainsi que dans le rôle-titre de Don Giovanni à l’Opéra National de Bucarest en 2012.

Après ses études il fut engagé dans la troupe de l’Opéra national de Iasi, en Roumanie, où il fut soliste jusqu’à 2019, lui donnant l’opportunité de construire un répertoire solide incluant quelques-uns des rôles les plus connus du répertoire lyrique : Figaro – Le Barbier de Séville, Enrico – Lucia di Lammermoor, Don Giovanni – Don Giovanni, Belcore – Elisir d’Amore, Marcello – La Bohème, Escamillo – Carmen, Silvio – I Pagliacci, pour n’en nommer que quelques-uns.

L’année 2015 a marqué ses débuts de soliste en dehors de la Roumanie, à l’Opéra de Saint-Étienne avec le rôle de Valère dans Le Médecin Malgre Lui de Gounod et depuis il s’est produit dans plusieurs opéras et théâtres proéminents de France (Théâtre des Champs-Élysées, Opéra de Rouen, Opéra de Toulon, Opéra de Nice, Opéra de Saint-Étienne), où on a pu l’entendre en tant qu’Escamillo, Marcello, Mercutio. En 2018 il fit son début asiatique à l’Opéra de Hong Kong dans le rôle d’Escamillo. Il rêve toujours de chanter un jour dans son pays natal, le Canada, quand l’occasion se présentera. Il vit présentement avec son épouse en Angleterre.

Plusieurs extraits dans cette entrevue :

Annie Depont

À propos de l'auteur / Annie Depont

Parisienne installée au Québec depuis 2000. Peintre, Agente d’artistes, Organisatrice d’événements, Créatrice de l’En Verre du décor et céramiques, Les Sculpturales de Saint-Sauveur, Expo-culture Japon Québec, les Sainte-Saveurs de Saint-Sauveur, TracesMagazine, Directrice de La Semaine des Artisans de Laval. Journaliste très indépendante.

Facebook Instagram

Un commentaire

  • Bianca

    J’ai beaucoup aime cet article!

On veut vous entendre :)